MémoriElles

Dans MémoriElles la danse d’Alexia Traore rencontre la voix de Nadia Ammour.

Leurs percussions et leurs textes dialoguent, pour évoquer les visages des souvenirs, comme un rituel de renaissance. MémoriElles questionne la mémoire du corps dans les contextes intimes, collectifs, créatifs. Alexia Traore et Nadia Ammour évoquent leurs parcours de femmes artistes, et leurs inspirations entre arts traditionnels et univers contemporain.

Inspirations mosaïques

Nadia Ammour chante en 12 langues différentes. Alexia Traore improvise, avec son langage nourri de danses Egyptiennes et Afghanes, avec des musicien.ne.s d’au moins autant de pays différents. Toutes deux partagent ces influences plurielles comme moteur de leur créativité, ce ressort intérieur inépuisable qui les pousse à sans cesse aller vers les autres pour s’inspirer, partager. Toutes deux partagent aussi leur rapport aux régions de Méditerranée comme terre et mer originelles, d’une rive à l’autre, l’Italie pour Alexia, l’Algérie pour Nadia.

Mémoires de femmes artistes

Le corps féminin est au centre de ma démarche de danseuse, plasticienne et auteure depuis plus de vingt ans. Éducation, environnement social, stéréotypes, relations aux autres et à soi, discriminations, potentiel créatif : j’ai exploré de nombreuses facettes d’un sujet qui me passionnera toujours et me concerne au premier lieu. Dès mon DEA de littérature comparée (La Sorbonne Paris IV) j’ai choisi le sujet : « Imaginaire du corps féminin dans l’œuvre de Sony Labou Tansi, écrivain congolais » J’ai pratiqué l’immobilité autant que le mouvement, grâce à l’univers du modèle vivant. Ce sont les danses traditionnelles d’Egypte et d’Afghanistan, ainsi que les danses soufies, qui m’ont nourrie et qui sont la source de ma gestuelle d’improvisatrice, à la rencontre de musicien.ne.s de toutes les cultures. Comment le corps des femmes exprime t il les instants de vie qui l’ont marqué? De quoi l‘apparence, les changements, la santé ou la maladie, se font l’écho? Comment les émotions traversent l’enveloppe physique?

J’avais l’envie de concentrer ces recherches au long cours dans un spectacle qui fasse la, part belle à la musique et aux textes, accompagnée d’une femme artiste. Après la rencontre avec Nadia Ammour sur une de mes performances en 2022, il était évident que la beauté et la sensibilité de son chant pouvaient donner voix à ces idées.

Mon parcours associe des univers artistiques très différents, comme un pont entre de nombreuses rives. Artiste pluridisciplinaire, je crée avec mon corps, avec mes textes, mes percussions ( bendir, daff, sagats ) , et avec beaucoup d’objets de récupération que je recycle. MémoriElles c’est aussi l’histoire de ce parcours dans sa diversité. Je danserai mes textes qui font revivre des épisodes tantôt anecdotiques, tantôt signifiants de ce parcours, des poèmes aussi. Et comme moi, Nadia a tellement à dire, à transmettre et à livrer sur son parcours artistique et a richesse de ses pratiques, des rencontres!

Alexia Traore

MémoriElles

RÉPÉTITION / CHANTIER DE LA ZONE D’URBANISATION POISSONNIERS, PARIS
©Crédits photo : Solea Traore

[sibwp_form id=1]